Nombre de nos visiteurs depuis 20/05/2004

POURQUOI CETTE COLLECTION

la Chaufferette de mon enfance

J’ai un souvenir d’enfance qui ne m’a jamais quitté : une fois par semaine venait chez nous Aurélie, une dame plus très jeune à l’époque, dont le métier était couturière. Elle faisait «le raccommodage» à domicile. Pour la recevoir on transportait ce jour-là devant la fenêtre (il fallait de la lumière pour coudre et repriser) la machine à coudre Singer, et on préparait une chaufferette dans laquelle Christiane, ma mère ou Eva, ma grand-mère mettait des braises prises dans la cheminée. Ma responsabilité de petite fille était de porter ce précieux réconfort sous les pieds d’Aurélie en ayant la ferme recommandation de ne pas me brûler ni de renverser les braises rougissantes.
Puis le temps a passé, Aurélie n’est plus venue, le chauffage central a remplacé la cheminée et la chaufferette s’est retrouvée dans un coin du grenier.
En 1994 j’ai retrouvé cette chaufferette, et après une remise en état elle est devenue un objet de décoration. En même temps je commençais à «chiner» et je cherchais un thème de collection. Un jour j’ai fait l’acquisition d’une petite chaufferette «stocker» ce fut la seconde ……et ainsi jusqu’à aujourd’hui où ma collection s’est agrandie de pièces plus anciennes, plus élaborées, plus lointaines qui ont pris place autour de la chaufferette de mon enfance. D’autres ne resteront que dans le souvenir car trop rudimentaires : la vieille Tante Jeanne me racontait que dans sa jeunesse, au Pays Basque, des cailloux pris dans la rivière et mis dans les braises de la cheminée étaient ensuite placés dans les poches et étaient très efficaces. Elle avait aussi souvenir que les hommes, avant d’aller travailler dans la montagne, faisaient chauffer une semelle d’espadrille (en corde) devant la cheminée et la mettait sur leur abdomen.
Objets de la vie quotidienne depuis quelques siècles, certaines d’entre elles sont un témoignage d’art populaire et de l’ingéniosité de nos ancêtres pour avoir un confort alliant l’esthétique à l’effort .

UN NOM POUR CETTE COLLECTION

CALEFAREFEREPHILE : Ce nom de collectionneur de chaufferettes a été créé par mes soins, en référence au latin «faire de la chaleur et la porter ».
Proposé en 1996 à la Délégation Générale de la Langue Française afin d’être reconnu, le décret du 3 juillet 1996 (relatif à l’enrichissement de la langue française avec pour but de proposer, recueillir et réviser les termes et néologismes nécessaires pour désigner les réalités contemporaines) n’a pas permis à cette démarche de se poursuivre.
Seul un usage constant et attesté aurait pu consacrer ce mot et l’amener à figurer dans le dictionnaire de la langue française. Son caractère quelque peu compliqué rend l’affaire difficile.
A ce jour je ne connais pas d’autre terme pour désigner la collection de chaufferettes en tant que «boîte à couvercle percé de trous, contenant de la braise ou de l’eau chaude pour se chauffer» et bien que sa complication ait suscité quelques réactions (voir «la vie du collectionneur» n° 381 p.7 du 21/09/01 et n° 384 p.7 du 12/10/01) il reste pour moi le nom de cette collection (sans perdre de vue le caractère ludique de l’affaire…….).

POURQUOI CE SITE

Ce site a été créé afin de faire découvrir ma collection et cet objet sous toutes ses formes, de discuter avec d’autres collectionneurs mais aussi dans le but d’avoir de nouvelles informations, de découvrir de nouveaux modèles et éventuellement d’en faire l’acquisition.
Je remercie ici pour la création de ce site, Aytekin Karaçoban, un ami webmaster dont l’aide a été très précieuse.